Arpel > Frab > Bibliothèque de Bordeaux > Lettres de Louis Emié à Joë Bousquet (Emié, Louis)

Lettres de Louis Emié à Joë Bousquet / Emié, Louis

Lettres de Louis Emié à Joë Bousquet [manuscrit]. - 1941-1946. - 3 cartes postales et 1 L.A.S. ; 113 x 147 mm ; 112 x 148 mm ; 270 x 210 mm. - Achat : Lyon : Chenu-Scrive-Berard, 17 décembre 2009 (lot n° 60) (FRAB 2010) Dans la première carte postale Emié envoie à Bousquet un troisième sonnet qui termine et conclue les deux sonnets "Lumière des Meilleurs" déjà envoyés pour les communiquer à Jean Ballard pour la revue Cahiers du Sud. La seconde concerne sa joie d'avoir reçu un livre de Bousquet il lui promet l'envoi d' une "petite plaquette de sonnets". Dans la troisième il envoie un poème inédit "Le nom du feu". La lettre datée du 18 juillet 1946 écrite de Paris, aborde sa situation d'homme trop sollicité" ...j'omets les graves questions de chaussettes et de beurre pour le pain. Il n'y a pas que les passions que nous subissons pour rétrécir le temps (Proust dixit) ; il y a cette cochonnerie d'existence, ce contact avec les "autres"...Il livre une explication à sa très belle façon d'écrire, lui qui calligraphiait ses poèmes "Oui elle est "fabriquée". J'ai dû l'usiner en 1918, pesamment, longuement, après qu'une ferraille idiote eût fait voltiger quatre doigts de ma main ; à coups de petits bâtons et de ronds mal fichus sur des cahiers de gosse". Il parle de Marcello Fabri, de la Revue L' Age nouveau... Ms 3144 (1-4) [Lettres de Louis Emié à Pierrette Sartin] [manuscrit]. - 1948-1949. - 3 L.A.S. : 266 x 207 ; 267 x 209 ; 270 x 210 mm. - Achat : Lyon : Chenu-Scrive-Berard, 17 décembre 2009 (lot n° 60) (FRAB 2010) Dans la lettre du 3 avril 1948 il lui demande de faire un vrai contrat d'édition pour "Les dormeuses". Dans celle du 27 juillet 48 il est "excédé par la chaleur..." "on meurt ici ! toute l'après midi au journal, une température invariable de 28 °...vous lacheriez une plume, elle ne tomberait pas."; Il propose une correction du poème le " doigt de sang". Dans celle du 20 août 1949, elle lui a fait un grand plaisir en lui envoyant son livre mais c'est le jour du grand incendie de Cestas "Tout le ciel est gris noir (de l'ardoise !) et l'on ne voit même plus le soleil : il était lui-même tout sanglant...c'est affreux..." "on a l'impression d'être sur une autre planète" Ms 3145 (1-3)


Lieu de conservation : Bibliothèque de Bordeaux
Date : 1941-1946
Type de documents : Livres et brochures



Crédits